FLASH SPÉCIAL: TOUT LES CHEVAUX QUI SONT DANS MON ELEVAGE "A VENDRE" SON A VENDRE A DES PRIX TRÈS BAS

Bonjour a tous,

je m'appelle Angelo,j'ai le galop 2 (et bientôt 3) et j'ai déjà participer a l'open de bourgogne...
j'aime lire, faire de l'airsoft et..............................................JOUER A EQUIDEOW935cc82ef2748ac36d8c208173df154a.png8f0d73882229b1f472cf172ee2f66ad8.png. Si vous voulez être mon ami vous gennez pas c'est comme si c'était fait 59f1c863dca1baa69838b4841ccd34b9.png59f1c863dca1baa69838b4841ccd34b9.png
j'adore aider les joueur et être aider par autre chose que ma prof de math2a1af738d56da555be74920210e2babc.png!
niveau musique je suis plus Alan Walker (électro) ou des truc genre techno, dance.
J'adore aussi les loups!!
je suis un grand militant contre l'hippophagie (voir le texte plus ci-dessous)!  je lit pas mal de livre sur la mythologie principalement PERCY JACKSON et HÉROS DE L'OLYMPE.
Sinon j'habite la bourgogne du sud j'ai quelque allergie (alcool, lactose, sésame et kiwi).
j'ai découvert ce jeu pendant le confinement 2020 (fait chier ce virus)  et me suis mi a y aller comme un giq!ce52790629679d930ca16c39a4f619c3.png   
Pour l'airsoft je fais partit de la  team tiger.
Allez a plus,                                                                                                                  
Angelo CHARBONNIER-SINGER 8bfaf7be049bd4fa5e254020733fe354.png8bfaf7be049bd4fa5e254020733fe354.png8bfaf7be049bd4fa5e254020733fe354.png8bfaf7be049bd4fa5e254020733fe354.png
 

(je suis aussi un MINI youtubeur, passez voir la chaîne YouTube de Eric Charbonnier, vous y verrez mes vidéos935cc82ef2748ac36d8c208173df154a.png)

Petits textes bien rigolo:

Si toi aussi... - Toi aussi tu attends le week-end avec impatience dès le lundi matin - Tu ne sais jamais quel jour on est pendant les vacances - Tu es contre les idiots qui te rendent ton stylo après que tu aies refermé ton sac. -Toi aussi ont t'as déjà dit : 1x 2? et tu as déjà répondu : 3! - Toi aussi quand tu étais petite tu marchais sur les carreaux sans toucher les lignes - Tu rigoles toute seule en repensant à un souvenir - Toi aussi parfois tu cherches un objet que t'as déjà dans les mains - Quand t'as un bleu, tu ne peux pas t'empêcher d'appuyer dessus pour voir si tu as vraiment mal... - Toi aussi tu dis " j'arrive " alors que t'es pas partie de chez toi - Tu es trop heureuse quand tu te réveilles la nuit et qu'il te reste beaucoup de temps à dormir... - Tu n'arrives pas à dormir le soir quand tu es pressée d'être au lendemain - Toi aussi tu ne peut pas t'empêcher de marcher quand tu es au téléphone - Si toi aussi quand tu étais en primaire tu regardais ton âge au fond de ton verre... - Toi aussi tu cries "Téléphone" Quand le téléphone sonne au lieu d'aller répondre - Si toi aussi tu appelle le produit à vitre le "pchitt pchitt" - Toi non plus tu ne peut pas t'empêcher de rigoler quand quelqu'un se ramasse - Toi aussi tu parles à ton ordinateur quand il beugue - Si toi aussi tu pousse la porte des magasins alors qu'il y a écrit " Tirez " -Si toi aussi, tu fais semblant d'écrire pour que le professeur interroge quelqu'un d'autre - Si toi aussi, quand tu ne comprends pas tu attends toujours qu'un abruti pose la question avant toi - Si toi aussi, en cours tu regardes l'heure toutes les deux minutes - Si toi aussi tu crie " Aïe " quand tu te cogne alors que tu n'as même pas eu mal - Toi aussi tu as envie de rigoler lorsque l'on te gronde Colle ça sur ta fiche !!!!! 


NON A L'HYPPOPHAGIE

J'étais dans mon box, j'étais heureux. Mais "ils" sont venus. Moi, innocent, j'ai passé la tête par la porte de mon box et j'ai poussé un joyeux hennissement en voyant tant de monde venir me dire bonjour. Et là, je "les" ai vu. Derrière eux, j'ai vu des cavaliers du club pleurer. Puis j'ai entendu ces mots que je n'ai pas compris: "on ne peut pas avoir autant de chevaux, il faut bien se débarrasser de ceux qui ne nous sont pas indispensable". Or, Ange n'a pas eu un très bon résultat au dernier concours." Ange", c'est moi. C'était moi. "Ils" m'ont emmené dans un van que je ne connaissais pas. Dedans, il y avait aussi Canelle, une ponette qui s'était blessée à la jambe la semaine dernière. On a fait un voyage assez long puis "ils" nous ont fait descendre dans une cour. Ça sentait bizarre. Le sang, la mort, le crottin... Puis "ils" nous ont fait monter dans un gros camion où il y avait déjà une dizaine de chevaux qui hennissaient en nous voyant. Mais ce n'était pas un hennissement que je connaissais. C'était un hennissement de peur, de douleur, de détresse. Et là, j'ai commencé à ressentir la peur. La vraie peur. Je ne l'avais jamais connue jusqu'ici. Cette peur que l'on ressent quand on ignore quelque chose de capital. Dans la camion, l'odeur s'est amplifiée. C'était à la limite du supportable. Puis le camion a démarré brutalement. On a roulé longtemps. J'avais faim, j'avais soif. Au cours du voyage, j'ai fais connaissance du cheval qui était à côté de moi. C'était Indy, un hongre. Il avait une blessure qui s'infectait peu à peu à la jambe. Puis "ils" ont fait monter d'autre chevaux. Pour qu'on se pousse, ils nous ont fouetté. Et là, Indy a trébuché. Il est tombé. Et un cheval lui a marché sur la jambe. Il ne pouvait plus se relever. Après quelques heures de souffrances horribles, il s'est éteint. Puis son corps a commencé à sentir. C'était horrible. Peu à peu, d'autres chevaux se sont éteints.De soif, de faim, de blessure, de désespoir. Enfin, le camion s'est arrêté. "Ils" ont ouvert la porte. La lumière m'a aveuglée. Les autres chevaux voulaient sortir. Ils m'ont poussé. Je me suis tordu la jambe. J'ai eu mal. Mais j'étais obligé d'avancer. Dans d'interminable couloirs hantés par le sang, la peur, la mort, j'ai entendu un cheval hennir, j'ai reconnu Canelle. Ma petite Canelle si courageuse. Puis nous sommes arrivés dans une grande salle avec un plancher en fer. Puis, "ils" ont fermé la porte et nous ont laissé là. Pas à boire, pas à manger. Un à un, beaucoup de chevaux sont morts. Ma Canelle aussi. Puis, un jour, "ils" sont venu me chercher. J'ai eu à boire. C'était bon. C'était la dernière chose que j'aurais eu de bon de ma vie. Ensuite, je suis entré dans un salle où l'odeur et l'ambiance, m'ont fait paniquer. Je me suis cabré, je me suis pris un coup de gourdin dans les jambes. Puis, "il" est entré. J'ai senti quelque chose entrer dans ma gorge. J'ai eu mal. Je me suis senti faible. Je me suis couché. Où plutôt, je suis tombé. Et j'ai compris. J'ai eu mal au cœur. J'ai fermé les yeux.

Ange est mort... Pour Tous ceux qui sont contre l'hyppophagie, mettez ce message sur votre fiche


Un petit texte qui ma fait mal au coeur mais qui pourtant arrive tout les jours:
Ca fait aujourd'hui une semaine que je suis né,quel bonheur d'être arrivé dans ce monde!
Mois 01:
Ma maman s'occupe très bien de moi. C'est une maman exemplaire.
Mois 02 :
Aujourd'hui j'ai été séparé de maman. Elle était très inquiète et m'a dit adieu du regard. En espérant que ma nouvelle "famille humaine" s'occupera aussi bien de moi qu'elle l'a fait.
Mois 04 :
J'ai grandi vite, tout m'attire et m'intéresse. Il y a plusieurs enfants à la maison, ils sont pour moi comme des "petits frères". Nous sommes très polissons, ils me tirent la queue, et je les mords pour jouer.
Mois 05 :
Aujourd'hui, ils m'ont disputé. Ma maîtresse m'a grondé parce que j'ai fait "pipi" à l'intérieur de la maison, mais ils ne m'ont jamais dit où je devais le faire. En plus je dors dans la réserve... et je ne me plaignais pas!
Mois 12 :
Aujourd'hui j'ai eu un an. Je suis un chien adulte. Mes maîtres disent que j'ai grandi plus qu'ils ne le pensaient. Qu'est-ce qu'ils doivent être fiers de moi !
Mois 13 :
Aujourd'hui, je me suis senti très mal. Mon "petit frère" m'a pris ma balle. Moi je ne lui prends jamais ses jouets. Alors je lui ai reprise. Mais mes mâchoires sont devenues fortes et je l'ai blessé sans le vouloir. Après la peur, ils étaient furieux et ils m'ont enchaîné, je ne peux presque plus voir le soleil. Ils disent qu'ils vont me surveiller, que je suis un ingrat. Je ne comprends rien à ce qui se passe.
Mois 15 :
Plus rien n'est pareil... je vis sur le balcon. Je me sens très seul, ma famille ne m'aime plus. Ils oublient parfois que j'ai faim et soif. Quand il pleut, je n'ai pas de toit pour m'abriter.
Mois 16 :
Aujourd'hui, ils m'ont fait descendre du balcon. J'étais sûr que ma famille m'avait pardonné et j'étais si content que je sautais de joie. Ma queue bougeait dans tous les sens. En plus, ils m'emmènent avec eux pour une promenade. Nous avons pris la direction de la route et d'un coup, ils se sont arrêtés. Ils ont ouvert la porte et je suis descendu tout content, croyant que nous allions passer la journée à la campagne. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fermé la porte et sont partis. "Écoutez, attendez !" Vous... vous m'oubliez. J'ai courru derrière la voiture de toutes mes forces. Mon angoisse grandissait quand je me rendais compte que j'allais m'évanouir et qu'ils ne s'arrêtaient pas : ils m'avaient oublié.
Mois 17 :
J'ai essayé en vain de retrouver le chemin pour rentrer à la maison. Je me sens et je suis perdu. Sur mon chemin, il y a des gens de coeur qui me regardent avec tristesse et me donnent un peu à manger. Je les remercie du regard et du fond du coeur. J'aimerais qu'ils m'adoptent et je leur serais loyal comme personne. Mais ils disent juste "pauvre petit chien", il a dû se perdre.
Mois 18 :
L'autre jour, je suis passé devant une école et j'ai vu plein d'enfants et de jeunes comme mes "petits frères". Je me suis approché et un groupe, en riant, m'a lancé une pluie de pierres pour "voir qui visait le mieux". Une des pierres m'a abîmé l'oeil et depuis je ne vois plus de celui-ci.
Mois 19 :
Vous ne le croirez pas, mais les gens avaient plus pitié de moi quand j'étais plus joli. Maintenant je suis très maigre, mon aspect à changé. J'ai perdu mon œil et les gens me font partir à coup de balais quand j'essaie de me coucher dans un petit coin d'ombre.
Mois 20 :
Je ne peux presque pas bouger. Aujourd'hui, en essayant de traverser la rue où circulent les voitures, je me suis fait renverser. Je pensais être dans un endroit sûr appelé fossé, mais je n'oublierai jamais le regard de satisfaction du conducteur qui a même fait un écart pour essayer de m'écraser. Si au moins il m'avait tué ! Mais il m'a éclaté la hanche. La douleur est terrible, mes pattes arrières ne réagissent plus et je me suis difficilement tiré vers un peu d'herbe au bord de la route.
Mois 21:
Cela fait 10 jours que je passe sous le soleil, la pluie, sans manger. Je ne peux pas bouger. La douleur est insupportable. Je me sens très mal, je suis dans un lieu humide et on dirait même que mon poil tombe. Des gens passent, ils ne me voient même pas, d'autres disent "ne t'approche pas". Je suis presque inconscient, mais une force étrange m'a fait ouvrir les yeux... la douceur de sa voix m'a fait réagir. Elle disait "Pauvre petit chien, dans quel état ils t'ont laissé"... avec elle il y avait un monsieur en blouse blanche, il m'a touché et a dit "je regrette madame, mais ce chien ne peut plus être soigné, il vaut mieux arrêter ses souffrances". La gentille dame s'est mise à pleurer et a approuvé.
Comme je le pouvais, j'ai bougé la queue et je l'ai regardé, la remerciant de m'aider à trouver enfin le repos.
Je n'ai senti que la piqûre de la seringue et je me suis endormi pour toujours en me demandant pourquoi j'étais né si personne ne me voulait ...
Tout ceux qui sont contre la maltraitensse des chien mettez ce message sur votre fiche